• Quand l'ainnée s'inqueurt

    Air : Le temps des cerises (J.-B. Clément – A. Renard)

    1.  Quand l’ainné’ s’inqueurt, avant qu’minuit seonne,

         On orsint souvint ein pinch’mint à s’cœur :
         Acor ein' de faite !
         On voudreot tell'mint que l'temps i s'arrête
         Pou mieux s'raminvrer l'goût qu'aveot l'beonheur...
         Quand l’an i s’infuit, avant qu’minuit seonne,

         Vous l’arez oussi, ç’pinch’mint à vo cœur !

     

    2.  Qui ch’qui n’a pos eu in chinquant’-deux s’maines

         Ses plaisis, ses pein’s, ses rires et ses pleurs ?

         Acor ein’ de faite !

         On a vu d’z’amiss’s partir à Mulette

         Et l’z’infants grandir pou s’marier ailleurs…

         On a tous orchu pou rimplir nos s’maines

         S’ratieon quotidienn’ de joie et d’douleur !

     

    3.  L’ainné’ qui s’in va elle a té cruelle

         Pou l’ceu qui-a perdu s’n’amour de vingt ans :

         Acor ein’ de faite !

         Ein’ qui-a vu souffler bramint des timpêtes

         Mais sinti s’gueonfler tamint d’cœurs trannants…

         L’ainné’ qui s’in va elle a té si belle

         Pou l’ceu ou pou l’cell’ qui-a trouvé s’n’amant !

     

    4.  Quand vous busi’rez, avant qu’minuit seonne,

         Dins l’caleur des draps ou d’vo réveilleon

         « Acor ein’ de faite ! »,

         N’obliez jamais qu’no temps i n’s’arrête

         Que quançqu’on détierque s’darain barou

         Et qu’on part in paix, riche ou sans ein sou,

         Si on a aimé  ’squ’à s’dernier souglou !

                                                         Juillet 2009